Récit du voyage au Lubéron

Janine et Françoise les inséparables, de retour du Luberon.

Belle histoire que celle de deux « personnes » qui avaient peu de chance de se rencontrer sinon que par le truchement d’une signature d’un bulletin d’adhésion.

Premiers voyages métropolitains et accepter de partager les chambres et salles de bain sans se connaître peut-être un pari risqué. Bingo ! Les affinités se sont trouvées d’entrée et depuis elles ne se quittent plus.

Si Janine est seule dans sa maison qui surplombe la baie de Porniscop en Belz (lieu prisé des départs des randonnées de tous les secteurs), Françoise à Nostang et toujours avec son conjoint qui n’est pas aussi alerte et ne peut partager les « escapades ».

Resized 20191011 1215241Janine ne faisait pas parti de nos corporations et appartenait à l’éducation nationale, Françoise est retraitée de La Poste. C’est très bien ainsi, c’est le plus bel exemple de l’ouverture pour tous à notre association.

Une petite note d’ambiance vient d’être écrite par Janine à notre retour, sa plume est à son image, toujours dans la retenue et contente de partager nos séjours en tant que « touristes »

Ces derniers deviennent de moins en moins nombreux mais seront rejoints bientôt par ceux qui éprouvent de plus en plus de difficultés à marcher sur des longues distances.

20190919 123147 redim                     Francis Lopez

 

 Janine Le Page a écrit :

« En tant que touristes nous avons complété la visite de Lyon que nous avions déjà découvert lors du voyage de la fête des lumières.

Le théâtre romain bien sur, quelques temps après les marcheurs, mais aussi l’église orthodoxe et pas très loin l’immanquable cathédrale de Fourvière.

Le vieux Lyon regorge de curiosités : les traboules (passages discrets et secrets datant du moyen-âge) ont étonné plus d’entre nous !

Les ateliers de la soie lors de la visite du musée nous donné une idée de la pénibilité du métier des Canuts.

Trois petites heures et nous filons au sud après le repas du midi du dimanche avec bientôt la découverte du centre et dès le lendemain les visites de villes et villages typiquement provençaux. Saignon d’abord et Forcalquier et le mardi programme commun avec les sportifs aux Baux de Provence, un resto sous les canisses et parasols et des carrières de lumière avec un spectacle pyrotechnique dédié à Paul Gauguin.

Une journée de repos bien mérité et de nouveau en route pour d’autres découvertes. Qu’elle est pentue cette avenue qui mène vers Notre Dame de La Garde, vous l’avez deviné nous sommes à Marseille. Descente rapide vers le vieux port, un resto de plus et ce bateau qui n’attend que nous pour une croisière dans les calanques. Bonne fatigue pour un retour au centre et à peine le temps de récupérer car dès le lendemain nous repartons pour finir en beauté, en route vers Cassis, un petit détour vers Aubagne au pays de Marcel Pagnol. Une fabrique de santons avec en particulier les personnages des Sagas Pagnolesques crées par la célèbre artiste Thérèse Neveu.

Rejoignons les « forçats » des sentiers battus, un pique-nique rien « qu’avec nous » au pied du château de Cassis, château du 13ème siècle d’Hugues Le Bau.

Un petit moment de liberté dans le petit parc près du marché et quelques arpents parcourus dans les rues typiques de ce petit village.

Six heures du matin et c’est déjà le retour, la tête pleine de couleurs, de senteurs provençales et d’agréables souvenirs… »

                                                                                   Janine Le Page

 

Photos du voyage (diaporama) ==> ICI

Séjour ANCV 2019-2 : Belgodère
- Corse du Nord
-
15 - 22 juin 2019

 

Samedi 15 juin 2019

Le premier contact pour le groupe se fait à l’aéroport de Nantes. Notre vol retardé d’une heure nous vaut une arrivée nocturne au Club Belambra de Belgodère (Corse du Nord). Néanmoins l’accueil est chaleureux et malgré l’heure tardive, 23h, un repas chaud nous est servi.

Dimanche 16 juin

Après le voyage de la veille c’est une journée de repos, de découverte du Club et de ses animateurs lors d'un pot de bienvenue en fin de matinée. L’après-midi une promenade guidée nous est proposée afin de visiter le centre, son environnement, et bien sûr sa plage.  En soirée le jeu « Tiercé de la danse » est remporté brillamment par le 22.

Lundi 17 juin

Nous commençons par faire plus ample connaissance avec Pascal notre chauffeur, et Anaïs notre guide, que nous aurons le bonheur d’apprécier durant notre séjour.

Puis départ pour la première journée d’excursion : destination Calvi.
Au programme sa citadelle, dont les premières fortifications datent du 13éme siècle, bâties sur un rocher chauve – CALVUS en latin. Aujourd’hui la roche s’érode et crée des « tallonis » de forme ronde. Les génois s’en emparent en 1238 et la ville restera génoise pendant 500 ans, avec sa devise « civitas Calvi, semper fidélis ». Le commerce du sel est alors florissant. Selon la légende Calvi est aussi l’une (?) des villes natales de Christophe COLOMB, né en 1436.

Son port de plaisance est dominé par les montagnes aux sommets encore enneigés, notamment le Monte Cinto – 2706m, point culminant de la Corse. Niché au fond du Golfe de Calvi, à l’abri des vents dominants, c’est un refuge pour les bateaux depuis l’antiquité.

Au gré de ses petites ruelles, parfois très pentues, de ses escaliers, nous découvrons la maison GIUBEGA du 18ème siècle. Propriété de son parrain, Napoléon Bonaparte (et sa famille) fuyant Ajaccio, y séjourna en mai – juin 1793. Et quelques pas plus loin nous voici arrivés à la cathédrale Saint Jean Baptiste. L’évêque s’installa à Calvi au 17ème siècle, et il fallut agrandir l’église au gré des disponibilités foncières avant de pouvoir lui donner son statut de cathédrale. Sa forme carrée symbolise la terre et son dôme circulaire, le ciel. Sa « Vierge du Rosaire » est habillée différemment suivant les fêtes religieuses.

Symbole du pouvoir politique en 1492, le Palazzo public jouxte la cathédrale. Aujourd’hui il abrite la caserne Sampierro, fief de la légion étrangère.

L’heure du déjeuner approchant, nous nous dirigeons vers le port pour déguster quelques spécialités, après avoir remarqué « l’allégorie de la victoire », ornement du grandiose monument aux morts.

Avant de quitter Calvi nous montons admirer la vue magnifique, depuis le promontoire de la Vierge de la Serra.

Puis c’est en empruntant la route sinueuse à flanc de montagne que nous traverserons les villages de Calenzana, Zilia, Montegrosso. Ces villages ont pris de l’importance aux 15ème et 16ème siècles car la population qui fuyait les pirates, s’y réfugiait. A Calenzana deux églises se font face dont l’une est dédiée à Saint Blaise et à Sainte Restitude. Saint Blaise est connu pour son miracle : il a sauvé de l’asphyxie un jeune garçon en lui ôtant une arête de poisson. Sainte Restitude fait l’objet d’un culte enthousiaste et figure sur un tableau. Ses restes reposent dans un sarcophage de marbre du 4ème siècle, situé dans une petite église proche. Anaïs attire notre attention sur l’autel dédié à Sainte Rita, chef d’œuvre de l’art baroque sur le thème du purgatoire. La deuxième église de Calenzana attend notre visite. C’est une église de confrérie dédiée à St ANTOINE Abbé, reclus dans le désert égyptien au 3ème siècle. Les confréries existent depuis le 14ème siècle et sont profondément ancrées dans la tradition corse. C’est un aspect d’identification et culturel très fort. Les confrères sont des hommes dans la tranche d’âge 15/35 ans. Actuellement il existe une cinquantaine de confréries. La croix est chargée des symboles de la crucifixion du Christ.

Puis nous reprenons les routes sinueuses de La Balagne en passant par les villages de Zilia et Montégrosso. Sur un arrêt en bord de route Anaïs nous fait découvrir la fleur d’immortelle qui donne l’huile essentielle d’Hélycrise réputée pour ses nombreuses propriétés.

Après le dîner nous assistons à un film commenté très intéressant, sur La Corse.

Mardi 18 juin

La journée débute par une promenade à pied sur des petits sentiers vers la tour génoise distante du centre de deux kilomètres. Ces tours étaient autrefois des tours de guet visant à surveiller le littoral. Après le déjeuner nous partons pour le parc de Saleccia, l’art des jardins au cœur du maquis. Cet espace est occupé depuis la préhistoire. Il a connu son apogée au 19ème siècle, c’était un grand domaine agricole. Un millier d’oliviers y ont été plantés à une époque où La Balagne était le jardin de La Corse. En 1974 un gigantesque incendie ravage la région détruisant la quasi-totalité des oliviers. Après des années de labeur, la regreffe de centaine d’oliviers et la constitution de collections végétales, le parc botanique ouvre ses portes en 2003. Nous y cheminons entre oliviers, cyprès et lauriers roses et découvrons le chêne vert, le lentisque, le pistachier lentisque, l’euphorbe, le ciste à feuille de sauge et le ciste de crête de Montpellier, l’arbousier, le myrte et bien sûr l’immortelle. Le jardin des quatre couleurs, bleu, blanc, rose, et jaune nous accueille pour une halte à l’ombre très appréciée, moment de temps libre dans ce cadre exceptionnel.  Puis nous partons pour L’île Rousse fondée au milieu du XVIII siècle par PAOLI. Le petit train nous emmène sur l’île de la Pietra, un rocher granitique de couleur ocre pour un superbe panorama et sur lequel culmine le phare, haut de 64m.

Mercredi 19 juin

Nous partons pour le Cap Corse en traversant le désert des Agriates, qui s'étend sur 15000 hectares dont 5500 sont la propriété du Conservatoire du littoral. Beaucoup de bergers chevriers y pratiquent la transhumance. Après un arrêt au col de Vezzo qui culmine à 421m, nous arrivons à St Florent. Niché au creux d’un golfe, le site est occupé depuis la préhistoire. Ce port de pêche créé au milieu du XV siècle est aujourd’hui une destination touristique très prisée. Nous profitons d’un petit temps pour flâner sur les quais, découvrir les petites ruelles, sa cathédrale du XII siècle et la citadelle qui domine le village. Puis nous partons vers Nonza en traversant les vignes du réputé vin corse, l’AOP Patrimonio.  Nous longeons la côte avec ses différentes roches, granit, calcaire, schiste et de très beaux paysages s’offrent à nous au gré de la route.  Après les nombreux méandres de la route nous faisons une petite halte à Nonza. Autrefois le village vivait de l’agriculture et particulièrement de la culture du cédrat. Aujourd’hui l’espace est recouvert par le maquis. C’est un charmant petit village perché avec ses toits de lauze et sa plage de sable noir. Dans la petite église baroque dédiée à Sainte Julie, un autel est consacré à Saint Erasme patron des pêcheurs. Une majestueuse tour Paoline carrée domine le village. Nous traversons le hameau de Minerbio. La route est bordée de nombreux mausolées dont un temple dédié à Minerve. En passant à Pinu, Anaïs nous fait remarquer les maisons « d’américains », des corses partis faire fortune en Amérique du Sud et leurs superbes mausolées. Puis nous montons le col de Sainte Lucie qui culmine à 381m et faisons une petite halte auprès de son église.  Et nous redescendons par Piazza et Santa Severa vers la côte, avec une vue sur l’île d’Elbe qui vit aujourd’hui principalement du tourisme généré par le passage de Napoléon BONAPARTE. Après avoir traversé Lavazzina et son sanctuaire de Notre Dame des Grâces nous voici à Bastia en fin de matinée. La ville représente un bassin de vie pour 90 000 personnes avec des activités tournées essentiellement vers la mer. Nous longeons ses ports de plaisance et de commerce qui génère un trafic important de ferrys, en nous dirigeant vers le restaurant pour un repas de spécialités. Au 17ème siècle c’était déjà un centre économique important dans le transport des marchandises. C’était aussi la capitale religieuse de La Corse avec l’église St Jean-Baptiste, la plus grande église de l’île, consacrée en 1666. Le décor s’est modifié au fil du temps et sa peinture en grisaille date du XIX siècle. Anaïs nous fait remarquer les chapelles latérales dédiées aux gens de mer, d’un côté les patrons, de l’autre les pêcheurs, ainsi que la tribune d’orgues originale par sa forme en « nid d’hirondelle ».  En traversant quelques rues nous visitons l’oratoire de la Confrérie de St Roch avec ses trésors du XVIII siècle : le grand retable du maître-autel en marbres polychromes, le superbe orgue italien et la statue processionnelle de St Roch.  Puis nous disposons d’un temps libre pour flâner dans les ruelles de la citadelle génoise et son incontournable place St Nicolas. Après cette belle après-midi de découverte Pascal nous ramène au club où nous pouvons après le dîner, comme tous les soirs de la semaine, profiter d’une soirée animée et admirer le coucher du soleil.

Jeudi 20 juin

Après une matinée libre où chacun profite de la plage ou des activités du club, l’après-midi est consacrée à la visite des vieux villages de la haute Balagne. Notre premier arrêt sera Sant'Antonino après avoir traversé Belgodère, Nessa, Féliceta, Muro et Avapessa. Perché en haut d’une colline c’est un village pittoresque avec son architecture médiévale corse, son dédale de ruelles, ses pentes raides et ses passages voutés. Sur la piazza Savelli Spinola nous visitons une petite chapelle privée : la cappella Di Lavasina et au détour d’une ruelle un ancien four. Une petite terrasse en haut du village nous offre une vue à 360° sur La Balagne. Après une dégustation d'un délicieux jus de citron pour les amateurs, nous repartons en direction d’Aregno. La route est bordée d’oliviers et d’amandiers. Une tradition religieuse autour des agrumes se fête par une bénédiction le jour de St Antoine Abbé. Enfin Pigna, un village d’artistes nous attend. Un temps libre nous permet de déambuler dans les petites ruelles fleuries où sont nichés les ateliers des artisans. Dans l’église nous admirons un chemin de croix en galets.  A proximité un ancien enclos à bétail est transformé en amphithéâtre, un lieu très fréquenté pour des concerts et différentes manifestations culturelles. La journée se termine par une dégustation de produits corses à Corbara avant de regagner le club.

Vendredi 21 juin

Pour notre dernière journée de visite nous partons pour Porto et les calanques de Piana. Nous passons par la réserve de Scandolla, une réserve terrestre et maritime. Le golfe de Girolatta accessible uniquement par des petits sentiers ou par la mer s’offre à nous. Une route sinueuse et escarpée bordée de quelques spécimens d’euphorbe arborescente nous emmène vers le golfe de Porto. Sur le trajet une promenade en mer nous est proposée par Anaïs, nous permettant de découvrir la beauté des paysages côté mer. La base de L’économie de Porto est le tourisme. Dès notre arrivée nous embarquons sur une mer émeraude où se reflètent les falaises rouges. La réserve nous offre les splendides paysages composés de grottes et de failles dans une eau turquoise et une superbe vue sur la tour génoise.  Quelques phoques nous accompagnent et à mi-falaise nous apercevons un nid de balbuzards pêcheurs. Après un déjeuner au bord de l’eau nous partons pour les Calanques de Piana sur une route unique, étroite et sinueuse : d’un côté la falaise, de l’autre un paysage d’immenses roches rouges aux formes extravagantes. Notre chauffeur Pascal nous impressionne par sa dextérité sur ces routes en lacets que nous pouvons qualifier de GR20 des autocars. La circulation de ces derniers est alternée car il leur est impossible de croiser un véhicule sur ces routes étroites. Les voitures font systématiquement marche arrière pour laisser la priorité aux cars. Nous vivons un grand moment lorsque par une erreur d’autorisation nous nous trouvons en face d’un bus à un passage très étroit. Après une discussion entre les deux chauffeurs le car devant nous, repart en marche arrière ainsi que toutes les voitures agglutinées derrière lui… Nous roulons donc très lentement et pouvons apprécier ce site grandiose et ses couleurs inoubliables. Cela nous laisse le temps de trouver des formes à ces rochers comme un ours qui grimpe et même un demi-poulet rôti !!! A un endroit légèrement plus large, Pascal réussit le tour de force de doubler avec beaucoup de précaution, le bus devant nous en avançant presque millimètre par millimètre. Nous l’applaudissons admiratifs de cette prouesse. Et nous quittons le bord de mer pour la montagne en passant par les gorges de Spelunca. La végétation change et nous remarquons davantage de châtaigniers. Nous faisons aussi des rencontres étonnantes sur la route : chèvres, cochons noirs et vaches gambadent librement. Après nos émotions dans les calanques nous faisons une halte au col du Vergio, le plus haut col routier de l’île à 1478m. Nous descendons au milieu des montagnes par des petites routes avec une végétation et des paysages différents vers Albertacce, Calacuccia. Pascal fait une course avec le TGV corse (Train à Grandes Vibrations !) pendant quelques kilomètres, avant d'atteindre Ponte Leccia. Et c’est un retour au club après cette longue journée de visite.

Samedi 22 juin

Notre séjour se termine. En fin de matinée nous quittons le club pour rejoindre l’aéroport pour notre vol prévu à 15h. Nous atterrissons à Nantes, cette fois sans retard, à 17h30. Les bagages récupérés nous repartons sur nos belles routes bretonnes bien larges, avec de bien belles images en tête..

Phare des baleines

 

Séjour ANCV 2019-1 : île de Ré

25 mai - 1er juin 2019

 Clic sur les photos pour agrandir et commentaires
 


0505 IleDeRé 102 rc DxOTrois kilomètres de pont franchis ...

 

 

ANCV 2019   Ile de Ré 269... et nous voici sur l’île de Ré


Le séjour à ODESIA - Saint CLEMENT des BALEINES, débute le samedi 25 mai et chacun s’installe à son rythme, dans l’après-midi. Pendant le pot de bienvenue, nous sommes accueillis par Marie qui sera notre accompagnatrice pour toute la semaine. En soirée un film est proposé, afin de nous présenter l’île aux volets verts.
ANCV 2019   Ile de Ré 230 ANCV 2019   Ile de Ré 235En son temps, COLBERT avait défini une couleur des bateaux pour chaque port. La couleur verte fut choisie pour le port de La ROCHELLE dont dépend l’île de Ré. Ainsi les volets des maisons étaient peints avec le reste des peintures des bateaux. Aujourd’hui plusieurs nuances de vert sont autorisées ainsi qu’un bleu léger et le gris.

Le dimanche 26 au matin une promenade sur le littoral nous emmène au phare des Baleines proche d’ODESIA.

Au passage nous découvrons La MOUFETTE, une écluse à poissons. Elles sont construites en pierres sans joint et nécessitent une vérification journalière à marée basse. Il n’en reste plus que 14 sur l’île, auparavant on en dénombrait 140.
20190526 102424 2L’accès aux écluses est réglementé. Seulement trois équipes de trois pêcheurs par écluse y accèdent à tour de rôle. Le droit de pêche comprend également l’entretien journalier des murs de l’enceinte. Les poissons retenus dans l’écluse sont pêchés à l’aide du Treillat et d’un sabre d’écluse. Ce dernier est également utile pour l’entretien des murs. La pêche ne peut pas être vendue et est distribuée au village.

 L'été indien dans l'ile de beauté...

Chaud chaud ce mois de septembre pour des plaisirs partagés par cinquante deux adhérents entre effort et réconfort.

Trois témoins participants ont trempé leur plume dans l'encre bleue de la Méditerranée.

Évelyne Le Gall et Annie Catouillard deux touristes inséparables.

Nous sommes partis bon pied bon œil du Morbihan le 13 septembre direction aéroport de Nantes. Les formalités accomplies nous nous sommes envolés vers la Corse. Arrivés aux alentours de 13heures à Bastia où nous avons fait la connaissance de notre chauffeur Rachid qui nous a emmenés à Olmeta di tuda. Pour la remise des clés, nous avons été accueillis par l’équipe du Nébbio et plus particulièrement par Gisèle « personne haute en couleur » qui sera notre guide pour la première partie de notre séjour. Nous prenons possession de nos logements respectifs. 19H30 apéritif de bien venue et informations et consignes des jours à venir.

Démarrage de bon matin vers Macinaggio afin de déposer nos randonneurs (30 personnes environ) pour leur périple sur le sentier des douaniers.

Les touristes visitent le port et les ruelles de ce petit village (certains ont profité de la plage et d’autres ont goûté les beignets au brocciu (un vrai délice).Pique-nique sur le port et embarquement pour le cap Corse et les Agriates. Nous faisons une partie de la visite en mer en longeant toute la côte et nous récupérons nos randonneurs exténués à mi-parcours. Nous poursuivons la promenade en mer en admirant deux des 90 tours génoises de CORSE (STE MARIE les pieds dans l’eau et d’AGNELLO en hauteur).Nous accostons au petit port langoustier de CENTURI ou nous reprenons l’autocar en traversant de nombreux paysages sauvages et accidentés époustouflants.

Nouvelle journée en Corse où tout le groupe est réuni et nous allons à la découverte des 4 merveilles : LA SCALA DI SANTA REGINA et la région montagneuse du NIOLU terre des bergers, la SPELUNCA, la forêt d’AITONE, EVISA et nous suivons la route très sinueuse(de petits cris se font entendre parfois) Vers les SUPERBES CALANQUES DE PIANA où nous faisons une petite halte. Retour « indemnes » au centre d’Olmeta grâce à la parfaite conduite de notre Chauffeur RACHID et précieux commentaires et joyeuses « blagues » de GISELE.

Nous reprenons la route pour d’autres destinations, les randonneurs nous ayant devancés. Nous rejoignons le bus sur la place de l’église d’Olmeta par un chemin un peu grimpant et en route pour MURATO avec arrêt à la Chapelle ST MICHEL (à l’architecture particulière).

Nous arrivons au centre de MURATO. Nous admirons les maisons anciennes avec leurs toits en lauze et leurs passages semis-souterrains. GISELE nous conte la vie des habitants et nous explique leurs traditions. Nous en profitons pour faire une photo de groupe des touristes devant le four à pain.

Avec nos randonneurs nous visitons ST FLORENT, sa citadelle ses ruelles typiques, son port de plaisance et son port de pêche.

Tous ensemble nous effectuons la visite de BASTIA en petit train. Visite du vieux port et de l’église ST JEAN-BAPTISTE qui domine la rade avec un guide à l’humour très particulier. Nous poursuivons vers CALVI nous faisons « l’ascension » de la majestueuse citadelle représentant 6 siècles de domination Génoise, ville aux tuiles rouges et son planté de palmiers. Nous reprenons l’autocar via l’île Rousse et la Vallée de l’OSTRICONI. Nous terminons notre séjour en Haute Corse par une soirée de chants polyphoniques avec la participation de GISELE.

DEPART POUR LA CORSE DU SUD.

Visite tous ensemble de BONIFACIO toujours en petit train. Son imposante citadelle sa Ville haute perchée au bord des falaises avec ses rues étroites où les maisons sont construites en aplomb sur la mer. Promenade en bateau, magique vue sur les habitations juchées sur des falaises de calcaire blanc et impressionnant escalier du roi d’ARAGON (187 marches) poursuite de l’excursion vers différentes grottes marines (grottes du SDRAGONATO, du chapeau de NAPOLEON et de la carte de CORSE).

Installation au centre de PROPRIANO près d’une jolie petite plage.

Nous partons vers CAMPOMORO sur le parcours nous déposons nos randonneurs. Visite de la tour génoise la plus grande de Corse sous un soleil radieux (Joli petit village avec sa marine).

Départ vers AJACCIO. Nos randonneurs nous quittent et nous partons à la Découverte de la Ville. Visite de la Maison de NAPOLEON et du Marché puis nous prenons la route en longeant la plage. Pause déjeuner face aux ILES SANGUINAIRES (site magique et magnifique) avec sa tour de CAPITELLO.

Pour l’avant dernier jour, nous abandonnons à nouveau nos randonneurs et partons vers LE HAUT VALINCO , parcours semé d’embûches : troupeaux de chèvres, traversée de route par des vaches…et promenade sur un chemin botanique avec sa végétation étonnante et variée : thym, romarin, immortelles, asphodèles…..retrouvaille de nos marcheurs pour un pique-nique commun et départ pour PROPRIANO. Nous traversons différents villages dont le village de FOZZANO très célèbre pour sa VENDETTA.

Notre séjour se termine et nous prenons la Direction de l’aéroport d’AJACCIO pour BREST.

Arrivée sous la pluie le vent et le froid !!!!!

Édith Barrau la randonneuse de Plouhinec

On dirait le Nord ! de La Corse

Jeudi 13 Septembre,

Voyage car -avion-car sans encombre nous arrivons à l'aéroport de Bastia , récupération des bagages

pour tous sauf qu'il en manque un !! mais c'est sans compter sur notre chef de troupe Francis qui nous règle ça très vite . Nous faisons connaissance avec Rachid qui sera notre chauffeur durant tout le séjour . Très vite le courant passe , tant pour les blagues que pour la conduite ,(un petit quelque chose d'Hypolite) c'est rassurant. Arrivée au village d'Olmeta di Tuda où nous sommes accueillis par Gigi et l'équipe du Nubbio . Ah, la voix de Gigi , inimitable !!

  

Vendredi 14 . Direction le cap corse pour une randonnée sur le sentier des douaniers à partir de Macinaggio vers Centuri .

Annoncée facile cette randonnée sous la chaleur , mis la résistance de chacun à rude épreuve.

Départ de marche un peu dans la brume matinale où nous apercevons à l'est la mer Thyrinéenne

et l’île d'Elbe.

Une première halte près de la chapelle Santa Maria , puis direction Barcaggio près de la tour Génoise d'Agnello et en vue de l'île de la Giraglia pour le pique-nique . Nous sommes tout au nord de la Corse . Puis direction le port de Centuri où nous retrouvons « les touristes » pour une promenade en bateau . Par manque de place sur le bateau 5 privilégiés l'ont faites en zodiac ! Le fun !!

Samedi 15 Journée les quatre Merveilles 

Nous traversons la Corse d'est en ouest . Gigi de sa superbe voix nous rappelle l'historique de la Corse . ils furent sous dépendance gênoise durant quelques siècles . Les corses connaîtront un moment d'indépendance avec à leur tête Jean Pierre Gaffori à qui succédera après son assassinat

Pascal Paoli, véritable novateur dotant la Corse d'une université et d'une capitale Corte (1765) et qui a profondément marqué les Corses .

Mais les bonnes choses ont une fin et la Corse devient département français le 15 janvier 1790 .

La Scala di Santa Regina et la région montagneuse du Niolu , terre des bergers .La Specunca ,la forêt d’Atone, Evisa , les calanques de Piana  .

Paysages magnifiques, splendeur des montagnes, parfum du maquis, que du beau ! Rencontre avec les cochons noirs petits et grands en toute liberté sur la route, et ils ne se bougent pas, à croire qu'ils attendent les photographes, impressionnant. Beaucoup de car certes, mais quel plaisir de pouvoir admirer tout cela sans la contrainte de la conduite, merci chauffeur !!

Dimanche 16, Le Sentier des douaniers à partir de St Florent

Randonnée dans le désert des Agriates bordé de magnifiques criques aux eaux turquoises .

Démarrage dans le sable sur la plage de la Roya, (déjà quelques personnes prêtes pour le bain) mais stoïques nous poursuivons. Le bain sera pour plus tard ! Nous croisons des vaches sur la plage en liberté ( même pas peur). Puis nous entamons le sentier des douaniers, pique-nique sur la plage où certains se baignent. Toujours des paysages à couper le souffle, un soleil qui ne nous épargne pas, mais il y a pire comme supplice. Retour par la plage dans le sable ! De l'eau vite, les réserves sont épuisées. Retour au village où une bonne pietra nous attend !!

Lundi, Visite de Bastia le matin en petit train et Calvi l'après-midi. Le temps passe vite dès le lendemain en route vers le Sud....... 

Pour la suite : résumé de Francis Lopez

Le mardi,  journée de transit et  DEPART POUR LA CORSE DU SUD (le mardi)   

Corsica bella (suite)

Adieu le Nord, 180 kms sur la côte Est avec une étape à Bonifacio ou juste avant le repas le petit train nous fait découvrir la  ville haute. L’après-midi une nouvelle mini-croisière dans les calanques et les grottes, encore une journée bien remplie. Nous avons changé de guide et la belle Mathilde nous arrondit les angles pour que l’installation au centre de Portiglio U Livanti se passe au mieux.  Découverte ici de bungalow trois étoiles avec les pieds dans l’eau et un espace restauration avec vue sur la mer.

Le mercredi après la visite en commun du site de Campomoro un retour au centre l’après-midi les randonneurs auront visité le site mégalithique de Cucuruzzu à l’abri dans des forêts dignes des légendes de Merlin. Juste quelques gouttes ont pu justifier le port des capes et comme souvent ici le soleil qui rayonne à nouveau. Après-midi détente pour les touristes, ils le méritent

Le jeudi : Départ vers AJACCIO pendant que les randonneurs allaient découvrir les crêtes de la baie avec de nouveaux guides conteurs et chanteurs, les touristes visitaient la Maison de NAPOLEON et le Marché. Ils reprendront  la route en longeant la plage avec une pause déjeuner face aux ILES SANGUINAIRES (site magique et magnifique) avec sa tour de CAPITELLO

Le vendredi : le séjour touche à sa fin et c’est dans La Corse profonde que les randonneurs emprunteront encore des chemins escarpés dans le site  du HAUT VALINCO, parcours semé d’embûches : troupeaux de chèvres, traversée de route par des vaches… Un pique-nique commun près d’une chapelle pour souffler et en route pour  PROPRIANO. Nous traversons différents villages dont celui de FOZZANO fort célèbre pour sa VENDETTA. Le groupe est reconstitué une nouvelle fois, les programmes coordonnés n’ont connu aucune faille ou presque. 

Le samedi, matinée détente avant le départ, un dernier repas, une dernière baignade pour certains, les yeux s’écarquillent une dernière fois sur la baie de Portiglio. L’avion partira à l’heure et se posera dans des conditions périlleuses mais comme une fleur à Guipavas. Il pleuvait sur Brest !  

*****************

LE GROUPE A CALVIST FLORENT LE GROUPELES RANDONNEURS A BARCAGGIO

 

Et pour plus de photos il suffit de cliquer sur ce lien ou de le copier dans votre barre de tâche :

https://photos.app.goo.gl/E732RTkKmFRiY7zp6

 

Témoignages d’Annie Catouillard et d’Evelyne Le Gal pour les touristes ainsi que ceux d’Edith Barrau pour les randonneurs au nord. Passage au sud par Francis

Si les « écrivains » vous ont donné l’envie de découvrir ou redécouvrir, cette partie de la France, osez ce voyage. Il en vaut la peine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Séjour ANCV - La Palmyre,
du 16 au 23 juin 2018

ANCV2018 LaPALMYRE 102thumb ANCV2018 LaPALMYRE 101Le Club BELAMBRA de La Palmyre, niché dans une forêt de pins de 18 hectares, nous accueille ce samedi 16 juin pour notre séjour ANCV.  Les arrivées se font au fil de l’eau toute l’après-midi. Chacun s’installe. Le soir à 19h, Le Directeur du Club, accompagné de Gatien et Cassandra nos animateurs, nous invite au pot d’accueil afin de nous détailler le programme de notre semaine.


   Le dimanche 17 juin est une journée calme après le trajet de la veille. Les activités du club nous attendent : réveil musculaire et découverte du jeu de Molky, au cours de plusieurs parties animées.

 

ANCV2018 LaPALMYRE 103ANCV2018 LaPALMYRE 104L’après-midi est consacrée à la visite du club et de ses alentours.
Les jeux de bois nous attendent en soirée, fous rires garantis.

 

 

Le lundi 18 juin Frédéric notre guide, avide de faire partager ses connaissances pointues de la région, nous accompagne pour la découverte de La Rochelle, un des premiers ports de France du 15ème au 18ème siècle. Cette ville fortifiée dont subsistent le front de mer et ses trois tours, la tour de La Lanterne, la tour St Nicolas et la tour de La Chaîne, reste fidèle à ses traditions maritimes. Elle s’est dotée d’un port de commerce, d’un port de  plaisance « Les Minimes » (plus grand complexe plaisancier d’Europe) et d’un port de pêche. Au fil des rues piétonnes nous admirons de très belles façades, l’hôtel de ville et l’étonnante rue classée monument historique, pavée de cailloux en provenance du Canada. C’étaient des pierres de lest ramenées par les bateaux au retour de leurs lointains voyages.

ANCV2018 LaPALMYRE 106 ANCV2018 LaPALMYRE 107
ANCV2018 LaPALMYRE 108 ANCV2018 LaPALMYRE 105

 

 Après une halte gourmande au restaurant « Le Mistral sur le port », l’aquarium riche de plus de 10 000 animaux marins nous attend. Au gré des différents bassins le monde mystérieux du silence nous révèle ses beautés.

ANCV2018 LaPALMYRE 109 ANCV2018 LaPALMYRE 111
  ANCV2018 LaPALMYRE 112   ANCV2018 LaPALMYRE 110
  ANCV2018 LaPALMYRE 113

 
L’animation du soir "bienvenue sur le plateau télé" oppose l’ANR à d’autres vacanciers. Grâce aux connaissances de Monique, l’ANR  remporte brillamment la compétition.

 

Mardi 19 juin le petit train nous emmène à la découverte de La Palmyre, ses deux ports, ses jolies maisons et le chenal dont le tracé se plie aux déplacements du banc de sable.
ANCV2018 LaPALMYRE 115ANCV2018 LaPALMYRE 116La Palmyre est née en 1966 lors de la construction d’un premier lotissement. Aujourd’hui on y trouve un golf de neuf trous ; elle accueille aussi l’hippodrome de Royan.

 

ANCV2018 LaPALMYRE 117ANCV2018 LaPALMYRE 118Au retour l’éclade de moules nous attend avec son verre de Tariquet.

 

 

ANCV2018 LaPALMYRE 119

L’après-midi une balade pédestre nous
conduit vers la mer, en traversant
la forêt de La Coubre.

ANCV2018 LaPALMYRE 120

Au retour c’est la dégustation de
Pineau et de Cognac.

 

 

 

Le soir l’ANR remporte une nouvelle fois la victoire au jeu du tiercé de la danse.

Le mercredi 20 juin, le petit train nous emmène visiter le célèbre zoo de La Palmyre. Nous sommes partis pour 3h de découverte. Ce zoo entièrement privé avec ses 1600 animaux participe au programme de la conservation des espèces. La visite est agrémentée d’animations dont le spectacle des otaries avec sa vedette Speedy, devenue célèbre à la suite de sa présence dans de nombreuses publicités.

ANCV2018 LaPALMYRE 121 ANCV2018 LaPALMYRE 122 ANCV2018 LaPALMYRE 125
ANCV2018 LaPALMYRE 123 ANCV2018 LaPALMYRE 128 ANCV2018 LaPALMYRE 129
ANCV2018 LaPALMYRE 126 ANCV2018 LaPALMYRE 124 ANCV2018 LaPALMYRE 127


L’après-midi nous avons au programme une nouvelle partie de Molky et une séance de relaxation.
La soirée Loto attire beaucoup de monde.

Le jeudi 21 juin est la journée repos et quartier libre. Nous pouvons profiter des diverses activités du club, initiation danse, pétanque, relaxation.  Et bien sûr le rendez-vous foot, incontournable pour les amateurs, avec France‑Pérou et en soirée, Argentine‑Croatie.

    ANCV2018 LaPALMYRE 130  
ANCV2018 LaPALMYRE 131   ANCV2018 LaPALMYRE 132


La soirée dansante sur le thème "le rétro fait son grand retour" fait tourbillonner les danseurs.

La journée du vendredi 22 juin débute par une séance de remise en forme, suivie de jeux de société. L’après-midi nous retrouvons Fréderic et partons en bus pour la visite des grottes de "Matata" et de Royan.

ANCV2018 LaPALMYRE 137  ANCV2018 LaPALMYRE 139Les grottes constituent un ensemble d’habitations troglodytiques creusées dans des cavités naturelles au cours des siècles. Aménagés en musée, des habitats traditionnels ont été reconstitués afin de présenter la vie de ceux et celles qui y ont vécu aux différentes époques.

 

 

 

ANCV2018 LaPALMYRE 136  ANCV2018 LaPALMYRE 138Une salle est convertie en écomusée où sont présentés des fossiles, ainsi que des aquariums où évoluent des espèces typiques de l’estuaire de la Gironde, notamment l’esturgeon.

 

Puis nous continuons vers Royan, une des premières villes station balnéaire en France. La ville possède un remarquable échantillon de villas régionales, cottages et castels exotiques.

Puis c’est la découverte de l’église Notre Dame. Après les bombardements de 1945 qui détruisirent l’ancien sanctuaire, il a été décidé de construire un édifice de grande taille inspiré par l’esthétique des grandes cathédrales gothiques.

  ANCV2018 LaPALMYRE 134     ANCV2018 LaPALMYRE 135


Ses dimensions permettent d’y accueillir 2000 personnes. La structure du bâtiment est composée d’une alternance d’éléments en béton armé et d’imposantes verrières. Commencée en 1955 elle a été inaugurée en 1958, et est considérée comme un chef d’œuvre de l’architecture moderne.

 

  ANCV2018 LaPALMYRE 133


Et le soir nous sommes invités par Gatien et l’équipe d’animation, à la soirée spectacle "café‑théâtre, cabaret". Cette dernière soirée déclencha beaucoup de rires et clôtura notre séjour dans la bonne humeur qui était déjà de mise depuis notre arrivée.

Le samedi 23 juin matin chacun reprend le chemin du retour avec l'espoir de se retrouver lors d'un aussi agréable séjour, et en emportant dans sa tête de bien belles images.

 

ANCV2018 LaPALMYRE 140