MICHEL CHAMPION redimMichel Champion
une autre figure de l’ANR

 

Au mois de juin dernier lors de retrouvailles avec ses compagnons de voyages il était venu pousser la chansonnette, en trio avec ses compères groupies de Michel Tonnerre. Un pur moment d’émotion.

L’un des piliers de l’équipe initiale des randonneurs de Guy Labbé nous a quitté. Véritable homme orchestre, troubadour des temps modernes, ménestrel d’hier et d’aujourd’hui, il avait à son répertoire plus de cinq mille couplets.

Longues furent les routes de France dans ces autocars où le temps paraissait moins long lorsque le micro passait dans ses mains. Ces soirées d’animation où il faisait reprendre en cœur les Kenavos et autres « quinze marins » (les initiés comprendront).

Ancien champion cycliste amateur, il avait essayé encore au printemps d’appuyer fort sur les pédales, sans doute pour se prouver que force de la nature il fut un jour.

Madeleine son épouse était son égérie, la petite coiffeuse de Taverny en région parisienne avait guidé son destin et c’est à La Poste que le petit livreur avait assis sa situation. En ce temps-là ces hommes imposaient le respect.

Nous ferons tout pour perpétuer nos souvenirs communs et à l’âge du numérique, avec nos rires, nos photos et… nos chansons bien sûr. 

Adieu Michel on t’aimait bien tu sais !

 

Francis Lopez    

 


 

Bernard notre « cordéoneux » nous a quittés……..

Bernard Sauvage le chti de l’ANR du Morbihan s’en est allé sous d’autres cieux au paradis de ceux qui marquent leur passage et qui donnent du sourire aux gens.

Pour les non initiés le cordéoneux était sa chanson fétiche que tous les randonneurs et les passagers de nos voyages reprenaient en cœur. Dans une langue du Nord aux accents inimitables il arrivait à nous faire reprendre le refrain en mimant un accordéon diatonique et en déclenchant l’hilarité. Quelques vidéos nous aideront à garder en souvenir sa chaleur humaine. Un « personnage » disaient certains, gouailleur, grivois parfois, cultivé aussi malgré son sens de la dérision, en un mot un être authentique. Il aura rendu nos rencontres chaleureuses et marqué à jamais nos esprits.

BERNARD SAUVAGE

Adieu Bernard on t’aimait bien…tu sais.


 

Au revoir Maurice, et merci   

   Maurice Manach ret2

L’ANR du Morbihan est triste aujourd’hui et pleure l’un des siens, Maurice Manach.

Fidèle compagnon de route de notre association depuis 2004, tu tires ta révérence en ces jours d’hiver, alors que nous avions encore tant de choses à nous dire. Tu as gravé de ton passage l’histoire de l’ANR Morbihan. Tu en as été l’une des pièces majeures, t’impliquant sans compter au service des autres, au service de tous.

Membre du bureau, dès ton arrivée, tu prends très rapidement en charge la responsabilité de l’organisation des sorties ʺcourts séjoursʺ, et nous mènes, épaulé par ton pote Bernard Le Vilain, à la découverte de sites touristiques de toute beauté. Un investissement sans calcul, sinon le désir d’apporter du bonheur et de la convivialité à des centaines de nos collègues adhérents.

Ta complicité continue avec Bernard, et c’est en fidèle compagnon de route que tu l’accompagnes dans ses projets de ʺvoyages à l’Internationalʺ.

Aucun membre du bureau ne peut oublier non plus cette belle confrontation sportive et amicale qui t’unissait à notre ami René Gaudin. Qui c’est les plus forts ? Les Merlus bien sûr, ton équipe de cœur, que tu savais défendre avec ténacité. Faire de René, supporter inconditionnel du Stade Rennais, qu’il devienne accro du FCL, a été un beau défi de ta part. Un défi gagné car il est venu au Moustoir encourager tes couleurs… contre Rennes.

Pour rester dans le foot, tu as même réussi à me faire signer à l’ANR, en décembre 2010, alors que j’étais en responsabilité au FCL. En clair, à défaut d’être entraineur, tu as prouvé que tu avais l’étoffe d’un recruteur. Ce transfert, dont tu étais fier, m’aura offert l’opportunité de vivre aujourd’hui des moments privilégiés au sein de notre association.

Un bonheur dont tu es l’instigateur et dont je goutte aujourd’hui toutes les saveurs.

Merci encore Maurice.

 

Francis Courric