~ Agenda de nos évènements ~

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
15
16
17
18
19
21
24
25
26
29
30

Ballade automnale en Finistère

Le 09 octobre 2018, nous étions une vingtaine au départ de Trénez, petite plage de Moëlan sur mer, pour une « rando » à la journée entre terre et mer.

Jour de grandes marées, nous avons croisé quelques pêcheurs, panier à la main, épuisette à l’épaule. Nous avons marché le long du littoral bordé de landes et de bruyères, sous un soleil éclatant et une douce chaleur.

Trenez

Un arrêt sur les hauteurs du petit port de Brigneau, près du petit phare et des vestiges de l’ancienne conserverie, nous a permis de contempler une mer calme et paisible et à l’horizon les bateaux qui glissaient sur l’eau.

Trnez bar

Une agréable pause pique-nique à la terrasse ensoleillée d’un petit bistrot fort sympathique était bienvenue.

Puis vînt l’heure du retour par la campagne boisée où nous avons pu admirer les jolies couleurs d’automne et aussi alourdir les poches de châtaignes. Après un bavardage devant la chapelle Saint Pierre où une équipe s’activait à la préparation d’un film, nous avons rejoint Trénez en passant par le village de Keraba.

Merci à Bernard, notre guide, pour cette magnifique journée. Bravo pour le circuit et la météo réservée pour cette journée. Nul doute qu’il aurait bien mérité un gros bisou sur le front de la part de la gente féminine.

Danielle HELOU

 

Attaché à sa terre natale et féru de son histoire, Bernard nous a proposé une marche à Callac (pour les jambes) suivie l’après-midi, de la visite de la Vallée des Saints (pour la tête).

Il va sans dire, qu’aussi bien les jambes que la tête, ont besoin d’énergie. C’est pourquoi, entre ces deux activités, s’en est glissée une troisième à savoir, un repas au restaurant. La catégorie gastronomie étant difficile à répertorier, car cela dépend essentiellement de chacun, cela peut être physique : bras, mâchoires (les détails les plus sordides sur l’anatomie seront épargnés), ou plus subtile lorsque le cerveau analyse tous les signaux qui lui sont communiqués par une lente dégustation.

A dix heures, vingt deux marcheurs se sont retrouvés sur la place du centre administratif de Callac. Il manquait à l'appel un participant qui, suivant aveuglément son GPS, s'était retrouvé dans un petit village du Morbihan nommé Callac. Après l'avoir réorienté et lui avoir donné rendez-vous au restaurant, deux groupes furent constitués :

  • les touristes, promenés par Bernard, pour une balade de 6,5 km
  • les sportifs (???), vigoureusement dirigés par Michel, pour un circuit de 8,5km.

C’est avec plaisir que les deux groupes ont pu découvrir, après le plan d’eau, la campagne environnante bien pourvue en dénivelés (pour les jambes) et avoir un aperçu de cette charmante commune riche en patrimoine.

 valle des saints marcheurs

photo des promeneurs

C’est à 13H30 que l’assemblée s’est renforcée (30 convives) pour déjeuner au restaurant «Ty Korn » de Carnoët.

 Valle des Saints 20180522 103

Après un excellent repas, nous avons pris la route pour rejoindre la mythique « Vallée des Saints » (ceux qui se sont mépris sur l’orthographe de ce mot furent un peu déçus au début, mais le ressentiment fut de courte durée) afin de compléter le chiffre de 99 saints exposés.

Il n’est pas sûr que l'un d’entre nous mérite un jour de figurer dans cette exposition. Peu importe, si nous ne sommes pas de bois, nous ne sommes pas pressés pour autant de finir en granit.

Chacun a pu ensuite découvrir à son rythme ces œuvres grandioses, en cherchant à s’identifier à l’une d’entre elles. La variété de style des artistes donne une richesse toute particulière à ce site qui surplombe tout le paysage environnant.

Valle des Saints 20180522 124

La vallée des saints

Après cette après-midi riche en émotion, chacun est redescendu sur terre où, tout compte fait, nous n’y sommes pas si mal que cela.

L’objectif étant d’atteindre mille statues, Bernard nous a promis de renouveler cette splendide journée pour l’inauguration de la dernière.

Afin de marquer la fin de l'année scolaire, Bernard a proposé de faire une croisière vers Gavres, agrémentée d'une randonnée qui s'est avérée être une flânerie en bord de mer.

Une petite vingtaine d'anciens élèves de primaire se sont réunis pour embarquer mardi 26 juin à 09H00 au port de pêche de Lorient pour une traversée vers Port Louis. Les plus anxieux cherchaient les gilets de sauvetage, il n'eurent pas le temps de les trouver car nous étions déjà arrivés. C'est d'un pas alerte (ce qualificatif n'est utilisé que pour rassurer ceux qui rêvent d'exploits), que nous avons rejoint l'embarquement pour Gâvres.

Une météo superbe dans des paysages idylliques nous a fait croire que nous étions en vacances.

Gavres

Après avoir atteint avec nonchalance le restaurant "Le brise Lame" nous avons pû savourer un délicieux repas que le retour, au rythme du matin, ne permettrait certainement pas d'éliminer.

L'objectif ensuite était de rentrer pour 16H00, heure du match de foot, certains étaient prêts à manier l'aviron pour rentrer plus vite, ce ne fut pas nécessaire, les moteurs des bateaux suffirent et, à quelques minutes près lc but fut atteint.

Etant donné la qualité du match, les accros du ballon rond ont probablement regretté de ne pas être resté à la plage.

 

 

 

 

 

Lassés de cette pluie continuelle qui conduisait à annuler les marches du mardi, M. et B. (ils ont préféré rester anonymes et on comprend bien pourquoi) invoquèrent le dieu Chronos. Ce dernier fut amusé parce que ces deux énergumèmes,qui avaient dû trouver le temps long et somnoler un peu à l'école, confondaient " temps" et "temps". Bienveillant, il appela son copain Eole, plus spécialisé dans la météo, pour qu'il chasse les nuages le mardi suivant.

C'est ainsi que la marche suivante au départ du port de Doëlan se déroula sous un soleil radieux.

C'est une nouvelle adhérente, Danielle, qui a eu la gentillesse de nous guider. On peut dire qu'elle a quelques kilomètres au compteur. Pour les esprits mal tournés, je précise qu'il s'agit du compteur de ses chaussures de randonnée, car Danielle, alerte et vive d'esprit connait plein de circuits. Elle s'est déjà révélée une excellente guide pour nous faire découvrir Rédéné.

Danielle

 Après avoir découvert un bord de mer enchanteur, découpé comme une dentelle bretonne, elle nous a menés, docile troupeau, vers les chemins remplis de primevères.

DOELAN 01

Malgré notre épaisse cuirasse, c'est émus par tant de beauté que nous avons fait une petite pause pour admirer le port.

DOELAN 02

Merci Danielle pour cette belle et radieuse randonnée et bienvenue à l'ANR !

 

Le mardi 10 avril 2018, rendez-vous était donné pour une marche digestive à Hennebont. Me fiant à la météo larmoyante qui sévissait sur Cléguer, j'annulai la marche. Trois courageuses ne tenant pas compte de cette décision, et pour cause, elles n'avaient pas lu le mail, se rendirent sur les lieux et bénéficièrent de beau temps. Georgette, surprise de ma défection, me confirma qu'il existait un microclimat sur Hennebont.Vexé de mon ignorance des caractéristiques locales, je décidai de reporter à la semaine suivante cette randonnée.

Effectivement, le mardi 18 avril, le soleil était de la partie,  il y avait donc bien sur Hennebont un microclimat, comme partout en France ce jour là.

Nous nous sommes retrouvés quatorze pour suivre, d'un pas plus ou moins alerte, Georgette, notre guide du jour.

.Hennebont 02

Dès les premières côtes, la chaleur se fait sentir. Les vestes tombent. Cela ne finira pas toutefois en maillot de bain pour un petit plongeon dans le Blavet.

Hennebont 04

Les plus courageux, qui ont accepté un petit détour, ont pû apprécier une magnifique vue sur le Blavet.

Hennebont 05

Après avoir longé un joli petit ruisseau et grimpé quelques légers dénivelés, c'est dans un ordre parfait, telle une légion romaine,  que nous atteignons le terrain plat.

Merci à Georgette de nous avoir fait découvrir de nouveaux paysages sur Hennebont. Désormais, nous savons que s'il pleut sur la Bretagne, c'est à Hennebont qu'il faut aller marcher.

PS: cliquer sur les images pour les agrandir.

Marche vers le passé

C’est par un après-midi radieux de presque l’hiver (2 jours plus tard), que nous nous sommes retrouvés pour la dernière marche lorientaise de l’année. Quelques fidèles randonneurs manquaient à l’appel, mais la petite bande présente était motivée et frétillante d'énergie à la pensée du réveillon prochain.

C’est un circuit sur Ploemeur qui nous a permis de découvrir la chapelle Saint-Maudé. Depuis 18 ans, elle est décorée par une association en changeant de thème chaque année.

Nous y avons découvert la reconstitution d’une ferme des années cinquante, ce qui a rappelé de lointains souvenirs aux moins jeunes d’entre nous.chapelle

Mais la plongée dans les souvenirs devait se poursuivre un peu plus loin lorsque nous avons rejoint les baraques de Soye. Ces habitations ont été construites à la fin de la guerre, elles sont anglaises, françaises ou américaines. Bernard nous a fait une visite virtuelle (puisqu’elles étaient fermées) de la baraque américaine qui l’avait abrité dans sa jeunesse. A l’écouter, nous l’imaginions jouant paisiblement dans sa petite chambre si bien décrite en rêvant d’intégrer France Télécom.

baraque2

En fin de parcours, pour continuer l’immersion dans l’enfance, le père Noël nous a offert un goûter. Il avait oublié sa hotte, mais fort heureusement, il avait pensé au tire-bouchon et ses adjointes avaient préparé de délicieuses pâtisseries.

gouter

Après s’être donné rendez-vous en janvier, chacun est reparti faire briller ses chaussures de randonnée pour les mettre au pied du sapin.