~ Agenda de nos évènements ~

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Séjour ANCV - La Palmyre,
du 16 au 23 juin 2018

ANCV2018 LaPALMYRE 102thumb ANCV2018 LaPALMYRE 101Le Club BELAMBRA de La Palmyre, niché dans une forêt de pins de 18 hectares, nous accueille ce samedi 16 juin pour notre séjour ANCV.  Les arrivées se font au fil de l’eau toute l’après-midi. Chacun s’installe. Le soir à 19h, Le Directeur du Club, accompagné de Gatien et Cassandra nos animateurs, nous invite au pot d’accueil afin de nous détailler le programme de notre semaine.


   Le dimanche 17 juin est une journée calme après le trajet de la veille. Les activités du club nous attendent : réveil musculaire et découverte du jeu de Molky, au cours de plusieurs parties animées.

 

ANCV2018 LaPALMYRE 103ANCV2018 LaPALMYRE 104L’après-midi est consacrée à la visite du club et de ses alentours.
Les jeux de bois nous attendent en soirée, fous rires garantis.

 

 

Le lundi 18 juin Frédéric notre guide, avide de faire partager ses connaissances pointues de la région, nous accompagne pour la découverte de La Rochelle, un des premiers ports de France du 15ème au 18ème siècle. Cette ville fortifiée dont subsistent le front de mer et ses trois tours, la tour de La Lanterne, la tour St Nicolas et la tour de La Chaîne, reste fidèle à ses traditions maritimes. Elle s’est dotée d’un port de commerce, d’un port de  plaisance « Les Minimes » (plus grand complexe plaisancier d’Europe) et d’un port de pêche. Au fil des rues piétonnes nous admirons de très belles façades, l’hôtel de ville et l’étonnante rue classée monument historique, pavée de cailloux en provenance du Canada. C’étaient des pierres de lest ramenées par les bateaux au retour de leurs lointains voyages.

ANCV2018 LaPALMYRE 106 ANCV2018 LaPALMYRE 107
ANCV2018 LaPALMYRE 108 ANCV2018 LaPALMYRE 105

 

 Après une halte gourmande au restaurant « Le Mistral sur le port », l’aquarium riche de plus de 10 000 animaux marins nous attend. Au gré des différents bassins le monde mystérieux du silence nous révèle ses beautés.

ANCV2018 LaPALMYRE 109 ANCV2018 LaPALMYRE 111
  ANCV2018 LaPALMYRE 112   ANCV2018 LaPALMYRE 110
  ANCV2018 LaPALMYRE 113

 
L’animation du soir "bienvenue sur le plateau télé" oppose l’ANR à d’autres vacanciers. Grâce aux connaissances de Monique, l’ANR  remporte brillamment la compétition.

 

Mardi 19 juin le petit train nous emmène à la découverte de La Palmyre, ses deux ports, ses jolies maisons et le chenal dont le tracé se plie aux déplacements du banc de sable.
ANCV2018 LaPALMYRE 115ANCV2018 LaPALMYRE 116La Palmyre est née en 1966 lors de la construction d’un premier lotissement. Aujourd’hui on y trouve un golf de neuf trous ; elle accueille aussi l’hippodrome de Royan.

 

ANCV2018 LaPALMYRE 117ANCV2018 LaPALMYRE 118Au retour l’éclade de moules nous attend avec son verre de Tariquet.

 

 

ANCV2018 LaPALMYRE 119

L’après-midi une balade pédestre nous
conduit vers la mer, en traversant
la forêt de La Coubre.

ANCV2018 LaPALMYRE 120

Au retour c’est la dégustation de
Pineau et de Cognac.

 

 

 

Le soir l’ANR remporte une nouvelle fois la victoire au jeu du tiercé de la danse.

Le mercredi 20 juin, le petit train nous emmène visiter le célèbre zoo de La Palmyre. Nous sommes partis pour 3h de découverte. Ce zoo entièrement privé avec ses 1600 animaux participe au programme de la conservation des espèces. La visite est agrémentée d’animations dont le spectacle des otaries avec sa vedette Speedy, devenue célèbre à la suite de sa présence dans de nombreuses publicités.

ANCV2018 LaPALMYRE 121 ANCV2018 LaPALMYRE 122 ANCV2018 LaPALMYRE 125
ANCV2018 LaPALMYRE 123 ANCV2018 LaPALMYRE 128 ANCV2018 LaPALMYRE 129
ANCV2018 LaPALMYRE 126 ANCV2018 LaPALMYRE 124 ANCV2018 LaPALMYRE 127


L’après-midi nous avons au programme une nouvelle partie de Molky et une séance de relaxation.
La soirée Loto attire beaucoup de monde.

Le jeudi 21 juin est la journée repos et quartier libre. Nous pouvons profiter des diverses activités du club, initiation danse, pétanque, relaxation.  Et bien sûr le rendez-vous foot, incontournable pour les amateurs, avec France‑Pérou et en soirée, Argentine‑Croatie.

    ANCV2018 LaPALMYRE 130  
ANCV2018 LaPALMYRE 131   ANCV2018 LaPALMYRE 132


La soirée dansante sur le thème "le rétro fait son grand retour" fait tourbillonner les danseurs.

La journée du vendredi 22 juin débute par une séance de remise en forme, suivie de jeux de société. L’après-midi nous retrouvons Fréderic et partons en bus pour la visite des grottes de "Matata" et de Royan.

ANCV2018 LaPALMYRE 137  ANCV2018 LaPALMYRE 139Les grottes constituent un ensemble d’habitations troglodytiques creusées dans des cavités naturelles au cours des siècles. Aménagés en musée, des habitats traditionnels ont été reconstitués afin de présenter la vie de ceux et celles qui y ont vécu aux différentes époques.

 

 

 

ANCV2018 LaPALMYRE 136  ANCV2018 LaPALMYRE 138Une salle est convertie en écomusée où sont présentés des fossiles, ainsi que des aquariums où évoluent des espèces typiques de l’estuaire de la Gironde, notamment l’esturgeon.

 

Puis nous continuons vers Royan, une des premières villes station balnéaire en France. La ville possède un remarquable échantillon de villas régionales, cottages et castels exotiques.

Puis c’est la découverte de l’église Notre Dame. Après les bombardements de 1945 qui détruisirent l’ancien sanctuaire, il a été décidé de construire un édifice de grande taille inspiré par l’esthétique des grandes cathédrales gothiques.

  ANCV2018 LaPALMYRE 134     ANCV2018 LaPALMYRE 135


Ses dimensions permettent d’y accueillir 2000 personnes. La structure du bâtiment est composée d’une alternance d’éléments en béton armé et d’imposantes verrières. Commencée en 1955 elle a été inaugurée en 1958, et est considérée comme un chef d’œuvre de l’architecture moderne.

 

  ANCV2018 LaPALMYRE 133


Et le soir nous sommes invités par Gatien et l’équipe d’animation, à la soirée spectacle "café‑théâtre, cabaret". Cette dernière soirée déclencha beaucoup de rires et clôtura notre séjour dans la bonne humeur qui était déjà de mise depuis notre arrivée.

Le samedi 23 juin matin chacun reprend le chemin du retour avec l'espoir de se retrouver lors d'un aussi agréable séjour, et en emportant dans sa tête de bien belles images.

 

ANCV2018 LaPALMYRE 140

 

Fête des lumières à Lyon

du 4 au 8 Décembre 2017

 

La vie de château pour l’ANR

Un manoir cossu, une réception à la hauteur, un programme très dense pour trois jours complets entre Beaujolais et merveilles de la région : tel était le programme de nos Morbihannais.

Le lundi l’aurore avait pointé du côté de Ploemeur, Gérard le Guidelois ouvrait le bal du pointage de chaque escale, direction Hennebont où Edith prenait le relais le transmettant à Patrick l’Alréen pour aboutir enfin à la gare de Vannes où nul ne manquait à l’appel. A Pontchâteau à 80 kilomètres nous récupérions notre chauffeur préféré Hippolyte, la glace était rompue d’entrée de jeu surtout pour les néophytes qui ne le connaissaient pas.

Un petit déj au village de Langeais non loin du château, un repas gastronomique dans l’Allier dans un logis de France, et elle file, file, file la route qui nous emporte vers des contrées méconnues pour beaucoup.

Le mardi le temps est gris mais sans précipitations, direction le musée de l’automobile de La Rochetaillé, surprise, surprise, de la Torpédo à la voiture présidentielle, une abondance de voitures de collection dans un château prestigieux des bords de Saône. L’après-midi départ pour le Haut Beaujolais, région des Pierres Dorées ainsi baptisée pour la couleur ocre de ses maisons en pierre. La ville d’Oingt si réputée, ses crèches illuminées et ses boutiques artisanales auraient pu nous accueillir plus longtemps mais un rendez-vous dégustatif au village de Theize était pris. Le domaine de la Cruisille des frères Laverrière offrait la dégustation.

Le mercredi après une bonne nuit de repos, destination le village médiéval de Pérouge avec des guides en costume d’époque. Absolument fabuleux, d’autant que le temps est toujours clément. L’après-midi le musée du vin chez « Duboeuf » à Romanèche-Thorins nous sommes dans la Haute-Saône, au pays du Chirouble et du Saint Amour les goûts sont la nature.

Le jeudi c’est déjà le dernier jour, le sentiment que nous sommes au manoir depuis plus longtemps. Une bonne balade sous le soleil au petit matin dans les rues de St Germain au Mont d’Or nous permet de recharger les batteries, une soirée intense nous attend : Les lumières de Lyon arriveront très vite. Visite de Lyon au préalable avec notre guide du séjour Eloïse qui aura partagé nos rires et nos chansons. Elle nous quitte avant le bouchon lyonnais restaurant typique non loin de la place Bellecour. Les groupes sont formés, emportés par la foule, nous n’aurons qu’un échantillon de ces illuminations féeriques, néanmoins le souvenir restera gravé. Le car était le bienvenu au point de rassemblement, tous répondaient à l’appel. La pluie avait commencé à tomber pour mieux clore ce séjour aussi court qu’enrichissant. Enrichissant pour le partage de la vie en communauté, des affinités nouvelles se sont créées et le plaisir de se retrouver bientôt, en route vers d’autres horizons.   

                                                                                                          Francis Lopez

 

vers la galerie photos


 

Séjour Randonnée / Tourisme en Périgord – 2 au 8 septembre 2017

 

Samedi 02/09,

C'est le départ pour le séjour en Dordogne, dans le Périgord pourpre. Après un voyage ponctué d'arrêts gourmands dès le matin, au petit déjeuner puis au déjeuner, nous arrivons en fin de soirée au village de PEYRICHOUX. Chacun s'installe.

Dimanche 03/09,

séjour Périgord 2017 101séjour Périgord 2017 102Le prestigieux château de MONTBAZILLAC nous attend. Le monument historique du 16ème siècle présente une architecture originale, mélange de styles médiéval et renaissance. Nous découvrons les différentes pièces du château avec chacune leurs particularités. Les métiers traditionnels, le sabotier, le tonnelier, le charron et le cordelier sont représentés. Une pièce est totalement dédiée à la religion protestante qui s'est développée dans cette région au cœur des voies commerciales de l'époque. La salle à manger, meublée en baroque italien et la chambre à coucher nous font entrer dans l'univers de la comtesse de Montbazillac. Les vastes cuisines sont consacrées aujourd'hui à une exposition sur le vin. En fin de matinée, les randonneurs nous rejoignent pour une sympathique dégustation.

Après le déjeuner visite d'ISSIGEAC merveilleux village médiéval d'origine gallo-romaine, construit en cercle. Dans un lacis de ruelles et de venelles, seule la rue l'Oustal est rectiligne. Les maisons à pans de bois de la rue "Sauveterre" reflètent les différentes classes sociales. A proximité de la maison "champignon" nous découvrons la maison des têtes, l'église de la taille d'une cathédrale, et le château des évêques de SARLAT du 17ème siècle, face à la maison des dîmes.

En soirée le quiz musical permet la rencontre d'un groupe de Brestois venus découvrir la région.

Lundi 04/09,

 

Matinée consacrée à la visite de Monpazier : l'exemple type de la bastide en Dordogne.

séjour Périgord 2017 104

La bastide provençale nous était connue ; nous allions à la découverte de la bastide périgourdine, emmenés par la responsable du Syndicat d'initiative, remarquable pédagogue, férue d'histoire, qui sut aisément nous transmettre sa passion, au fil de nos déambulations à travers carreiras (rues principales) et carreyrous (ruelles secondaires que nous appellerions "ruelles" aujourd'hui).

Les bastides sont nombreuses en ce Périgord pourpre que nous parcourions : bastide de Lalinde, de Vergt, de Beaumont, de Villefranche de Périgord, de Monpazier...éloignées l'une de l'autre d'une distance ne dépassant guère "une journée à cheval", condition première pour des échanges commerciaux réguliers et fructueux.

C'est bien là, la raison pour laquelle le roi de France favorisa la création de tant de bastides qui furent à l'origine des "villes nouvelles". Le but était l'enrichissement du Pays par le commerce, la suppression du servage  tout en diminuant le pouvoir des duchés au profit du pouvoir royal au XIII ° siècle, période d'explosion de nombre de découvertes techniques, de la démographie et d'un meilleur niveau de vie.

La bastide de Monpazier que Viollet Le Duc qualifia de « bastide modèle » et qui put s'enorgueillir dernièrement du titre de "plus beau village de France" se situait sur les terres du Comte de Toulouse qui mena la révolte des Albigeois. Vaincu, il dut se plier au pouvoir royal qui, par le traité de Meaux, lui imposa la destruction des places fortes et  la libération des serfs qui furent dotés d'une maison dans une ville nouvelle ou bastide : Ils s'installèrent donc comme artisans, commerçants, ouvriers dans ces nouveaux lieux de vie, jouissant de cette liberté offerte, s'acquittant cependant de quelques redevances. Ces bastides devaient alors restées ouvertes -  ce n'est que plus tard qu'elles seront entourées de remparts lors de la guerre de 100 ans.

Les règles d'urbanisme et d'architecture étaient strictes et précises, plans et dimensions bien définis : la corde à 13 nœuds représentant la longueur d'une façade. Rues principales (carreiras) et secondaires (carreyrous) devaient former un quadrillage parfait et s'entrecouper à angles droits, autour d'une place centrale réservée au commerce, C'est sur cette place que se dressait la halle entourée de cornières, d'arcades qui protégeaient les comptoirs des commerçants.

La Dordogne dans son ensemble, Monpazier en particulier, a su protéger un patrimoine remarquable qui contribue aujourd'hui à l'attrait irrésistible et au développement touristique de cette région.

séjour Périgord 2017 105Après un généreux pique-nique, nous partageons une visite guidée du Château de BIRON, l'une des quatre baronnies du Périgord. L'histoire de cet édifice est liée à la grandeur d'une famille, les GONTAUT-BIRON, maîtres incontestés pendant près de mille ans du sud du Périgord. Chaque siècle a laissé son empreinte : donjon du 12ème, chapelle à double étage, appartements renaissance, impressionnantes cuisine voûtées et salle des états. C'est un ensemble architectural exceptionnel.

Après le dîner un karaoké anime la soirée.

séjour Périgord 2017 106Mardi 05/09,


Départ du groupe pour le village du Bournat. Nous découvrons l'art de vivre périgourdin et le quotidien des paysans en 1900 grâce à ses nombreuses activités : le moulin à l'huile de noix, le cordelier, le potier, le tourneur sur bois, etc.

 

Midi, il est l'heure de déguster un copieux repas typique. Ensuite nous partageons un moment euphorique sur les manèges de notre enfance, puis c'est la photo de groupe à l'école. Nous tentons de résoudre collectivement le problème inscrit au tableau. Malgré nos efforts conjugués nous n'avons point trouvé la solution ! Déjà 15h et nous partons pour le gouffre de PROUMESSAC, la plus grande cavité aménagée du Périgord. Par un tunnel nous accédons à cette immense voûte souterraine : des jeux de lumière soutenus par un accompagnement musical nous font découvrir une multitude de cristallisations.

En soirée le responsable de LASCAUT-2 nous présente une conférence très intéressante sur les différents aspects de la vie préhistorique.

Mercredi 06/09,

séjour Périgord 2017 107Jour de repos d'HIPPOLYTE, notre chauffeur. Matinée libre, nous vaquons à nos occupations personnelles. L'après-midi une balade pédestre nous réunit tous afin de découvrir le village de SINGLEYRAC, notamment son église à deux nefs et son clocher. Après une promenade dans les vignes, nous rentrons au centre où un concours de pétanque est organisé. Une dégustation de produits régionaux nous est ensuite proposée par un producteur local.

Après le dîner, la bataille musicale voit s'opposer deux groupes de Brestois à deux groupes de Morbihannais. Après une prestation très appréciée de Dalida par Edith, tentative désespérée pour emporter la victoire celle-ci revient finalement à Francis.

Jeudi 07/09,

séjour Périgord 2017 108

 


Destination BERGERAC après avoir déposé les randonneurs. Une très courte visite nous a donné un aperçu de la ville : deux placettes où trônaient des statues de Cyrano de Bergerac.
Nous empruntons de charmantes petites ruelles pour atteindre le port à 11h, où nous attendent les gabares pour une croisière de près d'une heure. Dans une ambiance de verdure les hérons cendrés prennent la pose pour notre plus grand bonheur.

 

Après un rapide déjeuner au village, nous partons pour le moulin de ROUZIGUE dédié à la fabrication du papier. La conférencière nous entraîne dans ce monde. Les moulins apparaissent au 12ème siècle pour la fabrication des manuscrits. Vingt-quatre moulins étaient installés en Dordogne dont treize dans ce village proche des voies navigables. séjour Périgord 2017 110La rivière, "La COUZE", fournit l'eau au Ph neutre pour la fabrication de la pâte à papier et l'énergie pour faire tourner le moulin. Les autres ingrédients sont des chiffons de lin et de chanvre, et à partir du 17ème-18ème siècle du coton, et enfin du bois. Pour solidifier le papier, de la colle à base de peau de lapin y était intégrée. Au moulin, les chiffonniers récupèrent les chiffons et les peaux de lapins, puis les trient et les coupent en petits morceaux, les pétassous. Ceux-ci vont au pourrissage pour ramollir la fibre puis ils sont écrasés avec de l'eau, défilés, défibrés et raffinés. La colle est ensuite ajoutée. La pile hollandaise arrive fin du 18ème siècle et simplifie le processus. Fin du 19ème siècle le virage industriel s'amorce et révolutionne la fabrication du papier. Les composants changent : la pâte à bois et les colles chimiques apparaissent.

La journée s'achevant, les Morbihannais faisant preuve d'une belle vitalité, sans aucune fatigue dans les jambes après une semaine de randonnée, animent la soirée danse.

Vendredi 08/09,

Réveil très matinal, et c'est le retour vers le Morbihan.

séjour Périgord 2017 103séjour Périgord 2017 109

 

 

 

 

 

 

 

Pour les photos : Christiane et Francis

PORNICHET : Séjour ANCV - 17 au 24 juin 2017

Nota : toutes les photos sont cliquables

Samedi 17 juin, l’hôtel Fleur de Thé à Pornichet nous accueille pour le séjour ANCV. Après l’installation de chacun, un pot d’accueil  nous réunit en soirée afin de nous présenter le programme  des activités et faire connaissance avec Johanne, notre accompagnatrice. Le documentaire sur le  Queen Mary,  un peu plus tard,  nous fait déjà  rêver.

Pornichet 1706 11Le dimanche 18 au matin, la promenade en petit train touristique nous emmène à la découverte du  superbe  panorama de La Baule, une plage de sable fin longue de 12 km, bordée de constructions avec différents types d’architecture. La baie de La Baule fait partie du club des plus belles baies du monde. L’après-midi, Johanne notre guide, nous présente l’hippodrome de Pornichet. Quelques dates : 1866 les premières courses sont organisées sur la plage. 1888 les courses sont pérennisées  sous la direction du Casino. 1906 voit la création de la Société des Courses. 1946 deux constructions en dur sont érigées. 1960-1964 les tribunes sont construites et les pistes sont rénovées. 2011 l’hippodrome est reconstruit à neuf. Aujourd’hui, sur un anneau de vitesse de 1250m, il accueille 24 réunions de courses à l’année dont 17 prémiums et une course de dromadaires.

Et c’est la soirée jeu « Brise-Glace » afin de faire connaissance avec l’autre groupe en séjour à l’hôtel.

Pornichet 1706 12Pornichet 1706 13

Le lundi 19 juin, la journée débute par  une balade en chaland sur les canaux dans  La Brière, à la découverte de ce milieu aquatique : les oiseaux, la tourbe, les roseaux et les iris. Puis la visite se poursuit par le petit village musée de Kerhinet et ses ravissantes chaumières.

 Pornichet 1706 14Pornichet 1706 15L’après-midi direction Guérande en passant par les marais salants. Les plans d’eau dont l’unité de mesure est l’œillet, sont alimentés par un réseau d’étiers et de vasières. Tous les éléments sont réunis pour faire le sel : l’argile, le soleil, l’eau de mer et le vent. Le sel de Guérande, grâce au travail de ses paludiers, est reconnu pour ses qualités exceptionnelles. Et voici  Guérande et ses vieilles rues qui  nous offrent un peu d’ombre pour continuer la visite. Nous découvrons l’église avec ses deux parties romane et gothique et sa curiosité : une chaire extérieure pour les personnes non recevables par l’Eglise.

La journée se termine par une soirée de contes et légendes.

Le mardi 20 juin, l’Océarium du Croisic nous offre une plongée au cœur de l’océan avec la diversité des poissons que nous voyons évoluer.  Nous commençons la visite par un grand bain où nagent les requins et les raies mantas. Puis nous avons rendez-vous avec les manchots à l’heure de leur repas. Un goéland visiblement habitué des lieux, s’invite à la distribution. La visite se poursuit par un tunnel entièrement transparent, une vue exceptionnelle sur le monde du silence.

Pornichet 1706 16Pornichet 1706 17

 L’après-midi nous restons dans le monde maritime par la visite des Chantiers de l’Atlantique. Ils s’étendent sur 110 hectares. 7000 personnes y travaillent dont 400 ingénieurs. Le principal matériau de construction est l’acier qui vient d’Espagne sous la forme de tôles de 10 à 15 mètres de long. Les différentes étapes sont  le découpage, la soudure manuelle et par robots, l’assemblage et l’aménagement. Le SYMPHONY  OF THE SEAS,  en cours de construction,  mesure 362m de long, 47m de large, 72m de haut. Il pourra accueillir 6300 passagers, 2300 membres d’équipage sur 21 ponts. Les six moteurs à propulsion diésel électrique de 130 000 chevaux lui donneront une vitesse de 22 à 23 nœuds avec 10m de tirant d’eau.

Aujourd’hui Les Chantiers de l’Atlantique diversifient leur activité en construisant des sous-stations électriques pour les champs d’éoliennes. Le chantier fonctionne 24h sur 24h toute l’année.

La soirée Karaoké termine la journée.

Le mercredi 21 juin, une journée détente avec le marché de Pornichet. Ce  marché réputé pour la qualité de ses produits est un vrai plaisir pour les yeux. Les connaisseurs ont particulièrement apprécié la halle aux poissons.

L’après-midi toujours sous le soleil c’est une promenade tranquille vers Sainte-Marguerite. La balade débute par la visite de la chapelle Sainte-Anne. Une particularité : sa cloche se situe devant l’édifice et non sur le clocher. Un sentier des douaniers très bien aménagé bordé de jardins fleuris  nous fait longer le littoral. Il faut saluer la résistance et le courage des participants qui ont affronté les 7 km par cette grosse chaleur. Une glace à l’arrivée  récompense les plus gourmands.

La fête de la musique clôture cette journée détente.

Le jeudi 22 juin,  une partie de pêche à pied nous attend. Armés de seaux et de divers ustensiles,  nous prenons la direction de la plage.  Johanne nous fait découvrir les curiosités des crabes : reconnaître  un crabe mâle ou femelle, un gaucher et un droitier. Nous faisons connaissance avec le crabe enragé d’un beau rouge orange. Pornichet 1706 19Nous assistons  aussi à une mue de carapace. Nous sacrifions deux petits  poissons afin de nourrir une anémone de mer. Une particularité des étoiles de mer : elles retombent toujours sur leurs branches lorsqu’elles se retournent.  Ensuite voici les bigorneaux : nous apprenons qu’il vaut mieux manger les bigorneaux non nacrés plus comestibles. Par contre le chiton n’était pas au rendez-vous ce matin.

Pornichet 1706 20L’après-midi les villas de Pornichet : un voyage entre les différents styles, l’orientale, l’italienne Rosa et les françaises : La Roseraie classique, la Basque, La Vendéenne.

Nous terminons ce tour d’horizon par la visite de Notre-Dame Des Dunes édifiée sur un terrain sablonneux.

La soirée dansante clôture cette journée.

Pornichet 1706 21Le vendredi 23 juin, nous partons à la découverte de Noirmoutier, l’île des mimosas. Nous y arrivons par le Gois long de 4 km500, qui était l’unique accès à l’île jusqu’à l’ouverture à la circulation du pont, en 1971. Cette île, longue de 19 km sur 7 km de large, est bordée de 40 km de plages. Le point culminant est de 8 m pour 4 m en moyenne. L’été sa population passe de 10 000 à 100 000 habitants.

Un petit train nous emmène à la découverte des ruelles pittoresques, les maisons blanches aux toits de tuiles, les volets bleus pour les marins, verts pour les sauniers, gris pour les paysans, les petits murets et les fleurs.

Après un repas  de spécialités accompagnées de pomme de terre Bonnotte,  nous prenons le chemin du retour en passant par Pornic. Pornichet 1706 22Une petite cité autour de son château bâti par Gilles de Retz, son port de plaisance, la corniche bordée de belles villas datant des années 1920.

Notre journée  se termine par la soirée Kenavo : des jeux et beaucoup de rires pour clôturer  ce séjour ensoleillé.

Pornichet 1706 18

 

Monsieur Raguenes, un habitué des séjours ANCV, nous livre ses impressions sur cette semaine.

porichet rc monsieurLes huit adhérents de l’ANR 29 ont apprécié ce séjour. Les visites, balades, découvertes avec ses points forts : la balade en chaland dans la Brière, l’Océarium du Croisic, les Chantiers de l’Atlantique, Guérande et les marais salants, Noirmoutier en petit train, les soirées très diversifiées, la compétence des guides, la gentillesse du personnel. En conclusion une belle organisation pour ce séjour. Un seul petit bémol, pour l’hôtel très calme, le service en self qui a généré quelques encombrements dû au manque d’espace. Des bonnes surprises : la dégustation d’huîtres et les repas régionaux. De plus le beau temps, cerise sur le gâteau, nous a suivis toute la semaine, même un peu chaud en début de séjour.

Madame Eveno  de l’ANR 22 découvre le voyage ANCV et nous fait part de ses impressions.

porichet rc madameJe suis très satisfaite de ma semaine :un séjour agréable, la convivialité entre tous, la bonne organisation. J’ai particulièrement apprécié la feuille de route, la disponibilité et la réactivité de la responsable du groupe.

 

 

 

Contribution photos : Jacques et Daniel.

Voir également la galerie photos du séjour ==> ICI

Il était une fois St Cast Le Guildo… Côtes d’Armor.

Si le séjour de clôture de l’année passée avait laissé quelques souvenirs particuliers quant à la qualité de l’hébergement et de la restauration (Ile Grande), celui de la baie de St Cast a offert aux participants de cette année un goût de miel.

L’Hôtel des bains a donc accueilli 30 de nos adhérents dans un cadre de confort et de convivialité assez exceptionnel. Rando libre le vendredi en « anté-méridienne » histoire de se dégourdir les jambes, pique nique dans le parc privatif de l’hôtel. Reprise pour une "sept lieues" dès le début d‘après-midi : on se fie aux plans au risque de se perdre, pour retomber sur nos pieds (normal) jusqu’au centre équestre, en passant par le moulin d’Anne, puis retrouver la baie où douche et apéritif d’accueil nous attendaient. Nuit de repos bien méritée pour repartir dès le lendemain avec un guide qui n’est autre que le directeur, le patron s’appelle Bruno. Retour à la table du restaurant ce qui n’était pas prévu, le temps s’annonçant médiocre. Point de pluie, cette équipe est vernie en cette après-midi, l’une des merveilles du secteur nous était proposée : passer à marée basse l’archipel des Ebihens. Un sentiment d’être pris en otage par les flots, ce qui ne fut pas le cas, notre expert connaissait trop bien son affaire. Même programme que la veille avant le dîner et une soirée de danse bretonne par un groupe local fort sympathique, à l’âge canonique. En amont la gente féminine de notre groupe avait repéré les boutiques, saison des soldes oblige. Au petit matin du samedi le soleil est revenu, un dernier effort à la pointe du Bay pour justifier de pratiquer une randonnée qui est le loisir du groupe. Ensuite un déjeuner de qualité et un départ pour découvrir ou redécouvrir ce fort La Latte à quelques encablures, décor de cinéma où le film « les Vikings » avec Kirk Douglas, fut tourné en 1958.

Un jour, un parking, nos amis se quittent, retour vers le Morbihan à deux heures de route. Il ne reste plus qu’à cogiter pour trouver le lieu pour la saison prochaine.

Du baume au cœur pour Marie-Thé, le plaisir de voir des amis satisfaits. Si la formule est plate c’est aussi le but de son investissement.

            Photos : Edith et Jean Yves Barrau - Francis Lopez  

 

 

test st cast redim

 

Voir la galerie phoyos ==> ICI